Rive de Gier

Ciné Chaplin

THÉÂTRE AU CINÉMA

Argan, Lucrèce Borgia, Britannicus, Monsieur Jourdain… retrouvez les figures emblématiques du théâtre français sur grand écran. La Comédie-Française vous donne rendez-vous au cinéma pour quatre spectacles intemporels : Le Malade imaginaire et Le Bourgeois gentilhomme de Molière qui seront retransmis en direct, Lucrèce Borgia de Victor Hugo et Britannicus de Racine. Soyez aux premières loges en vivant le meilleur du théâtre au cinéma.

Les séances sont au tarif unique de 10€00.

/ EN BREF /

Le malade imaginaire – Jeudi 5 novembre à 18h00 en direct
reprise : dimanche 22 novembre à 16h30 / lundi 7 décembre à 20h30
Lucrèce Borgia – Dimanche 10 janvier à 16h30 / Mardi 19 janvier à 20h30
Britanniccus – Dimanche 7 mars à 16h30 / Mardi 16 mars à 20h30
Le bourgeois gentilhomme – Jeudi 3 juin à 20h15 en direct 
reprise : dimanche 20 juin à 16h30 / lundi 28 juin à 19h30

Comedie francaise

LE PROGRAMME COMPLET :


LE MALADE IMAGINAIRE

Durée : 2h20
Texte : Molière
Mise en scène : Claude Stratz

Écrite par un Molière affaibli, sa dernière pièce est cependant une de ses plus brillantes comédies – comme s’il avait rassemblé toutes les ressources de son génie pour parvenir au sommet de son art. Un spectacle intemporel !

« Argan règne sur une cour de médecins mécréants et ignorants qui abusent de ses faiblesses. Père tyrannique, hypocondriaque fâcheux, obnubilé par ses névroses, il souhaite marier sa fille Angélique au neveu de Monsieur Purgon, son fidèle médecin traitant. Mais celle-ci, amoureuse du jeune Cléante, lui résiste au risque d’être envoyée au couvent. L’odieuse marâtre Béline ne fait qu’attiser le conflit. Il faudra l’opiniâtreté et les ruses de la servante Toinette pour que les masques tombent… »


LUCRÈCE BORGIA

Durée : 2h16
Texte : Victor Hugo
Mise en scène : Denis Podalydès

Rarement œuvre dramatique n’est allée aussi loin dans la mise en scène de l’amour maternel. Lucrèce est un monstre moral mais ce monstre est une mère aimante. « Victor Hugo a écrit Lucrèce Borgia pour raconter la perle qu’il y a au fond de chaque monstre » nous rappelle Denis Podalydès.

« Criminelle, adultère, incestueuse, Lucrèce Borgia veut s’arracher au mal qui est sa condition, se faire reconnaître et aimer de Gennaro, l’enfant qu’elle a eu avec son frère. Lors d’un bal à Venise, Gennaro courtise une belle masquée avant de découvrir avec horreur le visage de Lucrèce, lui qui a les Borgia en aversion. Piquée par l’affront des amis de Gennaro qui l’insultent, et soupçonnée d’adultère par son mari, Lucrèce enclenche une vengeance déchirante… »


BRITANNICUS

Durée : 2h15
Texte : Jean Racine
Mise en scène : Stéphane Braunschweig

Véritable tissu d’intrigues entre professionnels de la politique où se mélangent histoires intimes, amoureuses et familiales, cette tragédie est le récit d’une prise de pouvoir et la métamorphose d’un homme, Néron, en tyran.

« Grâce aux manipulations de sa mère Agrippine, Néron règne désormais sur Rome. Britannicus, son demi-frère et héritier de l’Empereur défunt, aurait dû logiquement hériter du pouvoir. Se sentant menacé par lui, Néron fait enlever Junie, la fiancée de Britannicus, et se métamorphose peu à peu en tyran. »


LE BOURGEOIS GENTILHOMME

Durée : 3h00
Texte : Molière
Mise en scène : Valérie Lesort et Christian Hecq

Dans la grande tradition des comédies-ballets, Valérie Lesort et Christian Hecq mettent en scène avec musique et danse le célèbre bourgeois de Molière. Ils consacrent leur imaginaire à la démesure de Monsieur Jourdain qui rêve de noblesse sans prendre garde au ridicule.

« Monsieur Jourdain est un riche bourgeois dont l’obsession est d’appartenir à la noblesse. Pour y parvenir, il s’efforce d’acquérir les manières des gens de qualité en multipliant les leçons particulières (musique, danse, escrime, philosophie). Il refuse de donner sa fille en mariage au jeune homme qu’elle aime car il n’est pas gentilhomme. Mais il se ravise lorsque celui-ci se déguise  » en grand Turc  » et offre à Monsieur Jourdain de l’élever à la dignité de  » Mamamouchi  » en échange de la main de sa fille… »